Noël Pietri a exercé d'importantes fonctions au sein de la société Texas Instruments France. Il a gentiment accepté de répondre à quelques questions sur la période de commercialisation du TI-99/4A.

1972: Noël Pietri entre chez Texas Instruments comme ingénieur commercial pour lancer la 1ère calculatrice grand public en France, il fait alors partie des quatre personnes responsables chargées de couvrir toute l'Europe. Il gérera seul pendant deux ans la division "Consumer" et aura la chance de lancer par la suite tous les produits cités dans l'encadré ci-dessous en tant que chef des ventes, puis responsable marketing produits. Noël Pietri a également été responsable comptes clés de TI France puis de TI Europe.
1986: Directeur des ventes des calculatrices et jeux pour la France.    
1991: Directeur commercial et marketing France + Benelux, Calculatrices et Jeux.    
1993: Mêmes fonctions mais devient  également le directeur commercial Micro Informatique  (Portables et Imprimantes TI ) avec un total de 30 personnes sous sa responsabilité.    
2000:Noël Pietri a le statut de Consultant interne. Il est promu directeur du développement auprès des collectivités (Conseils généraux, régionaux, universités, ...).    
2002+: Consumer Electronics Professional Indépendent.

Les produits commercialisés par Texas Instruments France, sous la direction de Noël Pietri:
1975:     La SR50, première calculatrice scientifique très grand public, vendue à 1150 F TTC.
1978:     Le premier jeu éducatif électronique vocal: « Speak 'n Spell ».
1978:     La calculatrice TI-30,  agréée au Bac grâce à son prix très accessible de 179 F TTC.
1979:     Les premières montres à LED.
1981:     Le TI-99/4A, premier ordinateur 16 bits de l'histoire.
 

Entrevue
Quels objectifs vous étiez-vous donné au sujet du TI-99/4A?
La 1ère position  Mondiale et Europeénne  avec, pour une console vendue, le projet de vendre 5 à 6 cartouches. Priviligiant toujours nos revendeurs, nous n'avons jamais vendu directement au consommateur.
Il s'est ,en définitif, vendu  seulement 1 à 3 cartouches par TI-994/A !
Hormis l'abondante publicité faite sur le TI-99/4A dans les journaux informatiques de l'époque, avez-vous utilisé d'autres médias?
Oui, par le biais de nos distributeurs comme les chaînes de magasins (Nasa, Fnac,...), les Papetiers, les distributeurs de jouets et  les spécialistes en vente par correspondance. Des publicités apparurent dans leurs catalogues. Par contre, aucune ne fût faite dans la presse généraliste, ni télévisuelle.
Quelques logiciels furent exclusivement développés pour le marché français. Comment se déroulait la mise en oeuvre de tels logiciels?
Non, rien en Français sous forme de cartouches, à part quelques logiciels sous forme de K7 audio.
La société Texas Instruments France était-elle chargée de la francisation de certains programmes et manuels?
Seulement des manuels. Nous n'avons pas procédé à la traduction du contenu des cartouches.
Des catalogues mentionnaient la possibilité pour TI de produire en quantité raisonnable des cartouches de programmes conçus par des utilisateurs. Avez-vous produit ce genre de cartouches. Si oui, beaucoup?
Non. Un Club d'utilisateurs, créé par un groupe d'amis, n'a pas réellement conçu de logiciels en format cartouche. Les membres s'échangeaient principalement des K7, mais aucun programme conçù par lui n'a été confirmé en cartouche (raison :trop peu de volumes envisagés).
Les accessoires destinés au TI-99/4A étaient considérés comme plutôt chers. Comment justifiiez-vous ces prix?
Les accessoires, comme  un magnétophone TI, un boitier d'expansion (rs232, mem +, connexion PC), joysticks,etc... n'étaient pas produits par Texas Instruments. Les volumes de production étaient peu importants et nous ne pouvions les proposer à bas prix.
Combien s'est-il vendu de TI-99/4A sur l'hexagone?
80 000 pièces  environ en France, sur une période de 1 an et demi.
Pourquoi Texas Instruments a t-elle distribué si tardivement le TI-99/4A en France?
Sorti en septempbre 1979 au SICOB, le TI-99/4 fût accueilli comme une superbe innovation ! Je l'ai même présenté en direct à la TV  interviewé par Michel Chevalet. Le problème était lié:
1 / à son prix trop élevé pour l'époque (7 à 8000 FF)
2 / à son clavier aux normes US
3 / au nombre de logiciels  insuffisant et quelquefois complexes
4 / mais surtout, ce type d'ordinateur n'avait pas encore de marché réel !.
Et pour le modèles TI-99/4 de 1979? il semble avoir été peu présent sur le marché français.
En effet, il ne s'en est pas vendu de 1979 à 1980.
La guerre des prix menée aux USA entre TI et Commodore semble ne pas avoir touché aussi violemment le marché français. Quelle en est la raison?
Notre position de leader de l'électronique grand public en France , calculatrices, jeux, montres ainsi qu'une grande distribution tout azimut (que j'avais créé !), a permis d'introduire plus facilement notre nouveau produit sans vendre à prix coûtant comme aux U.S.A et  ainsi de conserver une bonne marge  tout en étant dans la même zone de prix que Commodore.
Le Vic 20 puis le Commodore 64 furent les grands concurrents du TI-99/4A aux USA. Etaient-ce ces mêmes ordinateurs pour la France?
Vic 20 était trop cher et  la marque VICTOR était  très peu connue.  Par la suite, les microordinateurs Commodore 64 et Thomson TO7, ainsi que la console jeux de Mattel furent de vrais concurents !
Après l'annonce de la fin de la commercialisation du TI-99/4A aux USA, comment le marché français s'est-il comporté?
Arrêt général à la Toussaint 1983, après l'annonce mondiale en un week-end, perte de 40% du CA en France. Nous avons soldé tout notre stock (ordinateur et cartouches) à 50 % de sa valeur. En deux mois , correspondants à la période de Noël, le stock était quasiment épuisé.
L'ordinateur eût un franc succès en France. A combien d'exemplaires s'est-il vendu?
Environ 150 000 pièces  toutes marques confondues en France en 1982.
Et pour le boîtier d'expansion (PeBOX)?
3000 pièces, pour Texas Instruments.
Le délai de distribution des périphériques Hex-Bus destinés au CC-40 a été important. Quelle en fût la raison?
Le CC-40 ne s'est hélas jamais vraiment vendu, il a été tué dans l'oeuf. J'avais pourtant réussi à l'imposer à la Camif, dans leur catalogue en pages Micro... et Dieu sait que celà avait été difficile.  Quel dommage...
Le CC-40, qui était pourtant un excellent produit, eut une bien courte vie commerciale. Que s'est-il passé?
Superbe appareil en effet ! L'arrêt du CC-40 fût décidé par Texas Instruments U.S.A car les volumes, initialement prévus, ne pouvaient être confirmés : L'appareil était cher et  générait peu de marge.
Une petite imprimante thermique était l'un de ses accessoires. (papier cher et pas très fiable)
Y avait-il des projets spécifiques au marché français en cours de développement quand TI annonça son retrait du marché de l'informatique domestique?
Certains par ex :machine à écrire electronique, citizen band, ... jamais développés. 
Quel est votre meilleur souvenir à propos de cet ordinateur?
- Nous avons réussi à faire figurer notre TI-99/4A à la dernière page de couverture de la Redoute. Cet emplacement, qui avait été aussi convoité par Commodore, nous permit de vendre 12 000 pièces  et ce fût un véhicule publicitaire extraordinaire!
- La présentation à la TV de l'ordinateur et l'accueil formidable du public : 6 télévisons avec le TI994A en allée centrale au SICOB !
Avez-vous des informations sur la société Exelvision? (leur ordinateur EXL-100 reprend beaucoup d'éléments de Texas Instruments)
L'EXL-100 était un CC-40 redessiné et lancé par deux ex-employés de Texas Instruments. L'aventure Exelvision dura trois ans, leurs fondateurs en garde un excellent souvenir.
En 1983, La société TOMY a sorti un micro-ordinateur nommé TUTOR. En étudiant sa technologie, on peut remarquer de très grandes similitudes avec le TI-99/4A... La ressemblance est frappante! TOMY avait-il passé des accords avec Texas Instruments Inc.?
Cette console ne figurait pas parmi nos principaux concurents qu'étaient Commodore,Thomson et Mattel mais lorsque Texas Instruments a arrêté son 99/4A, la licence a été vendue et tout Taïwanais pouvait racheter les droits et fabriquer...et il y en a eu !
 

le 18 Avril  2001 par Fabrice MONTUPET.


Page de couverture de la Redoute


 



Contenu de ce site ©1999-2017 Fabrice Montupet